La fête du jeu le 10 Juin 2017 place St Charles vu par Objectif Gard

NÎMES Un jeu et on passe du “je” au “nous”

La fête du jeu sur la place Saint-Charles Photo Anthony Maurin).

La fête du jeu sur la place Saint-Charles (Photo Anthony Maurin).

Une partie de la fête Mondiale du Jeu était localisée sur la place Saint-Charles à Nîmes. Pour l’occasion, diverses associations et le centre social Emile Jourdan offraient un moment de détente, de rire et de partage.

Tout était gratuit et libre d’accès. Des ateliers, des animations et surtout du jeu, pardon, des jeux! Des dizaines de divertissements, tous plus ingénieux ou faciles à fabriquer, étaient à découvrir ou à redécouvrir. Cet événement ludique avait pour noble objectif d’offrir aux habitants du quartier et accessoirement aux Nîmois, un moment d’échange et de convivialité autour du jeu.

Avec la participation de plusieurs structures nîmoises comme les associations O-Rat-Jeux-Nids, Atomic Games et Roll’n block connexion (du nouveau magasin de jeu l’Arène du Fou), le soutien des maisons d’éditions Djeco et Le Droit de Perdre ainsi que l’appui du centre social Emile Jourdan, la journée ne pouvait qu’être un succès.

Entre père et fils, la compétition va bon train! (Photo Anthony Maurin).

Entre père et fils, la compétition va bon train! (Photo Anthony Maurin).

Ici, pas de haute technologie, pas d’électronique et encore moins de prise de tête ou de batterie à recharger… Et pourtant vous savez quoi? On s’amuse quand même! Jouer, s’amuser, se tester, avoir de l’empathie et de la sympathie sont le propre de l’Homme quand il est en société. Formidable liant, le jeu fait partie de la vie quotidienne de l’humain depuis sa naissance. Cependant, dans un monde devenu individualiste, cette notion de collectivité s’efface peu à peu. Heureusement que des journées comme celle-là existent pour nous remettre dans le droit chemin!

Petit zoom sur le fantastique Centre d’Évaluation et de Mobilisation des Aptitudes Guillaumet. De son côté, l’Union départementale des associations de parents de personnes handicapées mentales et de leurs amis (UNAPEI30) accueille principalement des personnes en situation de handicap mental et a la volonté d’accompagner chacun, quel que soit son handicap, quel que soit son âge et ses difficultés sociales, dans les différentes étapes de son parcours de vie au sein de ses établissements et services.

Les jeunes adultes créateurs de cette table à glisser (Photo Anthony Maurin).

Les jeunes adultes créateurs de cette table à glisser (Photo Anthony Maurin).

Les ateliers du CEMA Guillaumet réalisent des dizaines de jeux. À partir de presque rien, ils font presque tout. Usant de récupération, de logique et de savoir-faire, de matériaux tels que le bois ou la fécule de pomme de terre, l’équipe se mue en créatrice hors pair à moindre coût. Planche à repasser réutilisée pour accueillir un jeu de palet un peu spécial, tréteaux inclinés à ne pas dévaler en entier, plaques de contreplaqué et billard simulé… L’inspiration du voyageur qui veut s’amuser… Mais d’où viennent les idées? « Surtout du Nord de la France ou de la Bretagne. Là-bas il fait moins beau et on joue plus. Parfois, les jeux ou les règles sont carrément incroyables! » assure un éducateur qui puise une partie de ses idées dans ces territoires atypiques.

En tout cas, les jeux présentés sont tous intéressants et font appel à plusieurs aptitudes et sont une belle occasion de se tester et d’y prendre goût. D’ailleurs, les jeunes du quartier, descendus par curiosité,  restent de bon coeur et se mêlent aux créateurs instructeurs. Là aussi, une belle histoire de partage qui anime jeunes adultes handicapés et jeunes qui n’ont pas forcément l’habitude de s’amuser de la sorte.

Des familles sont également de passage et les parents s’activent autour des nombreuses tables. Chambrette, coups de maître, défaillance et rire sont de la partie. Bonne ambiance assurée… Une fête sympathique et surtout gratuite à ne pas manquer l’année prochaine!

Comme les arbres sont encore pitchounets ou maigrichons, les chaleurs excessives du mois de juin ne permettent pas de jouer partout sur la place... (Photo Anthony Maurin).

Comme les arbres sont encore pitchounets ou maigrichons, les chaleurs excessives du mois de juin ne permettent pas de jouer partout sur la place… (Photo Anthony Maurin).